Mon dialogue complice avec V. HUGO: Il faut que le poète.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon dialogue complice avec V. HUGO: Il faut que le poète.

Message  ELYSE le Mer 29 Juin 2016, 06:34

MON DIALOGUE COMPLICE AVEC Victor HUGO
Titre : Il faut que le poète
Poète : Victor Hugo (1802-1885)
Recueil : Les contemplations (1856).

Victor Hugo
Il faut que le poète, épris d'ombre et d'azur,
Esprit doux et splendide, au rayonnement pur,
Qui marche devant tous, éclairant ceux qui doutent,
Chanteur mystérieux qu'en tressaillant écoutent
Les femmes, les songeurs, les sages, les amants,
Devienne formidable à de certains moments.
Claire
De tous temps le rêveur a chanté tes louanges
Récité tes beaux vers, recherchés les échanges,
En imitant souvent tes vers pour lui parfaits
Mais qui sonnaient faux, car bien trop contrefaits.
Victor Hugo
Parfois, lorsqu'on se met à rêver sur son livre,
Où tout berce, éblouit, calme, caresse, enivre,
Où l'âme à chaque pas trouve à faire son miel,
Où les coins les plus noirs ont des lueurs du ciel,
Au milieu de cette humble et haute poésie,
Dans cette paix sacrée où croit la fleur choisie,
Où l'on entend couler les sources et les pleurs,
Où les strophes, oiseaux peints de mille couleurs,
Volent chantant l'amour, l'espérance et la joie,
Il faut que par instants on frissonne, et qu'on voie
Tout à coup, sombre, grave et terrible au passant,
Un vers fauve sortir de l'ombre en rugissant !
Claire
Tu vois O combien Maître est longue cette route
Pour te suivre ébloui sans connaître le doute…
Les mots ne portent pas, avec autant d'ardeur
Mon discours qui pourtant était né sans pudeur
Au point que je croyais qu’il serait bien compris
Tant je le pensais clair, à l ‘abri du mépris
De ceux voyant en moi quelqu’un cherchant la gloire
Alors que je ne veux que conter une histoire
A l’enfant bouche-bée, à l’aïeul qui revoit
Son village natal revivre par ma voix.
Victor Hugo
Il faut que le poète aux semences fécondes
Soit comme ces forêts vertes, fraîches, profondes,
Pleines de chants, amour du vent et du rayon,
Charmantes, où soudain l'on rencontre un lion.
Claire
O Maître tu seras comme lui généreux
En venant visiter mes nuits de songes-creux
Pour insuffler le mot qui manquait à ma phrase
Et permettre à mon coeur de connaître l’extase.



"poétes , frères de lumière, réchauffez-nous de vos mots"
avatar
ELYSE
Admin

Messages : 12728
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 78
Localisation : MULHOUSE

http://murmures.forumactif.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum